Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/06/2011

"3 points, c’est tout"...?...les "3 coups" des législatives 2012?

Le Valleroy est un ruisseau, parfois cruel, qui se jette dans la Grande Sauldre à Vailly (Pays-Fort)... Valleroy est le nom de la résidence (foyers logements pour personnes Didier Docet portrait.jpgâgées) de Vailly-sur-Sauldre. C’est aussi une maison d’édition qui vient de publier son premier polar....mais vous savez que toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite...

L’auteur éditeur Didier Doucet vient de publier 3 points, c’est tout”. Le dernier W-E de mai , il était parmi les invités du 23ème Salon du Livre de Cosne.

La Voix du Sancerrois du 9 juin 2011, page 16, lui consacre un papier : le retour de l’enfant prodigue.

On n’y apprend rien d’autre, sur l'auteur, sur le livre et la préface, que ce que l’on donne sur le site web des éditions Valleroy...

3 points, c’est tout...?...les 3 coups” des législatives ?

Au théâtre, les 3 coups sont frappés avec un bâton appelé brigadier sur le plancher de la scène, juste avant le début d'une représentation, pour attirer l'attention du public, particulièrement quand il y a un lever de rideau.

Je soupçonne Yves Paillard, le journaliste, d’avoir frappés là les "3 coups" des futures législatives.

Le localier qui connait particulièrement bien les arcanes politiques de la 1ère circonscription du Cher s’est bien gardé de personnaliser le CV politique de Didier Doucet

3 points c'est tout.jpgA l’époque où il changeait de parti plus rapidement que de chemises, le conseiller municipal de Vierzon, avait ferraillé, au cours d’une partielle, contre le vénérable baron du gaullisme, Jean Boinvilliers. Il le trouvait trop vieux (l’âge de son père Conseiller général de Vailly). Bilan : le canton d’Argent passait au PS et dégâts collatéraux Vailly aussi en 1985...

"Citius, Altus, Fortus" nous le retrouvons aux législatives de mars 1986. Un candidat les électeurs du Cher (scrutin à la proportionnelle) avait tout donné à Jean François Deniau, Alain Calmat et Jacques Rimbault  faisant rater à Didier Doucet et ses colistiers le remboursement des frais de campagne.

Didier disparu du paysage politique du Cher, laissant le flambeau à Gilles-Henry...qui depuis attends depuis 26 ans l’héritage de papa. Yves Paillard nous annonce t-il le retour de l’enfant prodigue, de la revève entre frères?

Pour acheter "3 points, c’est tout" > cliquer ICI

Commentaires

Que va faire la loge d'Aubigny ?

Écrit par : Onnousdispastout | 10/06/2011

On devient forgeron en forgeant, ça va nous faire un bon député

Écrit par : Hélène | 10/06/2011

En forgeant...oui, mais c'est un maçon!

Écrit par : Tartuffe | 10/06/2011

Salut l'artiste!

Écrit par : Doucet Didier | 11/06/2011

Il faut lui souhaiter une meilleure réussite que dans la politique locale.

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 11/06/2011

Félicitations pour le livre.
Bienvenue au club.

Écrit par : Michel Coquery | 11/06/2011

@ Tartuffe : quand le bâtiment va , tout va !

Écrit par : Michel Vannier | 12/06/2011

Ce "Luron", puiné, et déplumé, (Jean-Baptiste, de son prénom ?) ne va pas tarder de se "trouver con"!
Didier Doucet

Écrit par : Doucet Didier | 13/06/2011

On est toujours le con de quelqu'un autant que ce soit de vous !

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 13/06/2011

Si ce "luron" emplumé veut élever un peu son niveau de conscience en sortant de son clocher local,et de la politique du même nom, il peut toujours lire mon livre, en allant se le procurer à la librairie de Vailly; et, que le ciel le tienne en joie §
Didier doucet

Écrit par : Doucet Didier | 13/06/2011

Désolé de vous avoir vexé en vous souhaitant une meilleure réussite que lors de votre passage éclair. C'était sincère.
Je suis né dans le rural, j'y suis resté (je ne m'en suis pas élevé mais y ai été élevé. J'ai mes joies simples et n'ai pas besoin du ciel pour en trouver. Désolé, votre propos me faire croire que je ne suis pas digne d'une si grande élévation. Et donc pas digne de lire votre livre !

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 13/06/2011

Au contraire, lisez le, et vous rigolerez bien! vous retrouverez des lieux proches et connus de vous; ça coule comme le Valleroy . . . Bien à vous
Désolé pour la vigueur de la riposte, Vous ne m'avez pas véxé mais, j' avais cru qu' un Luron pouvait en cacher un autre . . .;
Didier Doucet

Écrit par : Didier Doucet | 13/06/2011

De Jean-Baptiste Luron qui se soit déclaré sous ce nom comme auteur (manquant de h pour s'élever, cela évite de planer), à ma connaissance, il n'y en a qu'un... Beaucoup diront que c'est déjà trop. Toute imitation serait superfétatoire.
En ce qui vous concerne, errare humanum est sed perceverare diabolicum... comme on dit en parler populaire local utilisé dans toutes les églises selon le rite de Saint Pie V !
Pour votre livre, je vous demanderai d'avoir la modestie de me le dédicacer chez Madame Mainguy et je passerai l'acheter très prochainement.

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 14/06/2011

"Comment qu'y causont" !!!!
"Errare humanum est sed perceverare diabolicum"....
D’après le "Glossaire rural du Centre" ça signifie : "Se tromper est humain; persévérer est diabolique"...

Écrit par : Philippe | 14/06/2011

Mais non, Philippe, tu te trompes de dictionnaire, tu as dû trouver cela dans "Ad aeroportum"...

Écrit par : Jean-Baptiste Luron | 14/06/2011

Avec plaisir pour la dédicace, et double dédicace, si grâce au ciel, s'il en fût, le Luron était une jolie "drôlesse". . .
Didier Doucet

Écrit par : Didier Doucet | 14/06/2011

En tous cas, je recommande de lire le livre de Didier Doucet : un curieux mélange de BD et de roman. Il ne se passe pas une page sans rebondissement et les personnages à la fois cyniques et profondément humains traversent un monde dont on comprend que l'auteur connaît toutes les ficelles. A lire d'une traite pour ne pas perdre le fil.
Moi j'ai déjà la dédicace !

Écrit par : Marie-Claude | 20/03/2012

Écrire un commentaire