02/10/2010

FOLK à Mérié, 21h, samedi 2 octobre 2010

Folk à Mérié.jpg

[zoom]

GOSPEL à Mérié, 2 octobre 2010

Mis en ligne le 27/09/2010

gospel à Mérié.jpg

30/09/2010

BA du Rotary Club Aubigny-Argent

BR 30-9-2010 les Cèdres.jpg

[zoom]

27/09/2010

BOUES D'ACHERES (78) journée de soutien au Collectif contre leur épandage

Journée de soutien 2-10-2010.jpg

25/09/2010

VIRADES, l’appel de Nico

Appel de Nico.jpg

L’invitation complète, cliquer ICI

23/09/2010

ROTARY Argent-Aubigny, remise de fauteuils à la Maison de retraite "Les Cèdres" (Henrichemont)

Les Cèdres, remise de fauteuils.jpg

En présence de  Michèle Paulin, présidente du CA, Jean-Claude Morin,maire-conseiller général d’Henrichemont et du directeur Olivier Prevot, sympathique réception, aux Cèdres pour la remise de deux fauteuils à la  Maison de retraite Les Cèdres (Henrichemont), mercredi 23 septembre 2010. Les henrichemontais en apprécient le confort.

C’est la dernière action du past-président Pierre-Alain Dubois pour l’année rotarienne 2009/10 et la seconde dotation pour un EHPAD. Les rotariennes et rotariens d’Aubigny-Salon des Antiquaires 2010 L.jpgArgent ont doté en juillet la Maison de retraite  de Vailly sur Sauldre d’un fauteuil électrique. Bien utile dans les collines du Pays-Fort où est implanté le Foyer logement-résidence du Valleroy

L’occasion de rappeler que le Rotary Club Aubigny-Argent, présidé pour 2010/11 par Bernard Ledos, participe aussi aux actions d’une autre association méritante d’Henrichemont-La Borne. Comme chaque année le club a financé l’affiche des Virades de l’Espoir et animera dimanche prochain un stand au Château de Villemenard à St-Germain-du- Puy.

Prochaine manifestation, aux profits des actions Rotary Club Aubigny-Argent, en particulier à l’attention des jeunes, les 30-31 octobre et 1er novembre salon des antiquaires à Aubigny. Inscrivez à votre agenda.

cliquer sur les liens en surbrillance.

22/09/2010

VIRADES , ce dimanche 26 septembre, venez partager avec nous une grande journée de solidarité contre la mucoviscidose.

virades 26 septembre 2010.jpg

[zoom]

08/09/2010

JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME, c’était hier 8 mars, c’est passé inaperçu en Sauldre Sologne..Pourtant il y a matière....si en ‘en donne la peine !

journée de la femme.1.jpg

Article mis en ligne le 09/03/2009 et d'actualité pour les Journées Européennes du Patrimoine 2010

 

L’an passé j’avais publié ce post 8 MARS, Journée internationale de la...  le jour ou une émission de France inter prenait comme référence,  de la condition de la vie des femmes, la justesse du roman de Marguerite Audoux « L'atelier de Marie-Claire»

Hier Musée Marguerite Audoux et bureau de l’Office de Touriste étaient clos ! pas question de récupérer ce flyer...

D’ailleurs, sur la plaquette des pros du tourisme, de la Communauté de Communes, on voit qu’Audoux n’est pas leur tasse de thé...  « Du Grand Meaulnes à Raboliot, partez à la découverte d’un pays fabuleux, carrefour d’Histoires, de Natures et de Goûts...Ame Romantique, Esprit chevaleresque, Nature envoutante..Laissez vous-vous ensorceler par nos 13 communes magiques ! ». Vous voyez : pas de place pour Marguerite... Ouvrez le fyer, à vol de canard : Aubigny-sur-Nère, pas de Musée Marguerite Audoux, mais un imaginaire Musée de la Gastronomie...

 Marguerite AUDOUX(1863-1937) L'auteur de Marie-Claire Prix " Fémina-vie-heureuse" 1910 Audoux.jpgn'était pas, par sa naissance destinée à l'écriture. Née en 1863 à Sancoins dans le Cher d'un père charpentier, et d'une mère journalière devient orpheline à 3 ans, elle est placée à l'hôpital de la Charité à Bourges où elle recevra l'affection de sœur Marie-Aimée et une instruction très sommaire. Elle est placée dans une ferme de Sologne à Sainte-Montaine à 8 Km d'Aubigny. Elle part pour Paris à 18 ans où elle mènera une vie laborieuse, apprendra le métier de couturière et deviendra maîtresse ouvrière en 1890. Entre temps elle recueille sa nièce, Yvonne 4 ans, puis beaucoup plus tard les 3 enfants de celle-ci. En 1995 elle ouvre un atelier et adopte son matronyme, ses patrons sont publiés dans les Annales politiques et littéraires de la Region Parisienne et certains de ses modèles sont lancés rue de la Paix.

Marguerite Audoux n’est pas la seule femme à célébrer en Sauldre Sologne pour la journée mondiale de la femme

Anne de Maumont, Comtesse de Beaumont-le-Roger (près d’Evreux) épousa en 1510 Robert Stuart. Les maisons à colombages d’Aubigny et le château de la verrerie sont ornés lacsdamours.jpgde leurs initiales R et A liées en lacs d’amour.

En pleine Guerre de Religion, la Ville est assiégée par les ligueurs. Catherine de Balsac d’Antraigues (épouse d’Esmée Stuart) organise alors la résistance de la Ville. Elle repousse, debout sur les remparts, les assaillants et évite à la ville un nouvel incendie. Aubigny pour célébrer l’événement une procession qui empruntait  le Chemin de la Procession. Elle a offert, avec son fils, la verrière du chevet de l’église.

Louise Renée de Penancoët de Keroual (1649-1734), originaire de Bretagne, devient la maîtresse du roi d'Angleterre Charles II. En 1672, elle donne naissance à un garçon, Charles Lennox, Richmond. La mère est titrée duchesse de Portsmouth, En 1684 Louis XIV, à la demande de Charles II qui fit valoir que cette terre avait appartenu à ses ancêtres les Stuarts, la fait duchesse d'Aubigny et Pair de France. « La bonne Dame d'Aubigny », comme l'appelait les habitants, meurt à Paris, le 14 novembre 1734, ayant perdu une partie de sa fortune. La princesse Diana Spencer était une descendante de Charles Lennox, le duc de Richmond et d'Aubigny, comme Camilia. Saint- Evremont dit « le ruban de soie qui serrait la taille de Mlle de Keroualle unit la France et l’Angleterre ». Sa petite fille Emilie Lennox, l’une des fameuses  « Lennox Sister » mère du Citizen Lord, Lord Fitzgerald, révolutionnaire irlandais mort au cours de la Rébellion , fit un long séjour au château d’Aubigny
.

La première femme décorée de la Légion d’Honneur (1852) à titre civil fut Marie Amélie ABICOT de RAGIS, qui, attaquée et blessée par trois malandrins, fut tellement indignée de voir ceux-ci emporter la « croix d’honneur » de feu son beau-père qu’elle trouva la force de s’emparer d’un pistolet, de poursuivre ses voleurs et de la leur faire rendre sous la menace de son arme.

Ingénieur, Montaine MALLET est entrée à la CAARP (Coopérative des Ateliers Aéronautiques de la Région Parisienne dirigé par Auguste Mudry) pour finaliser sa formation. Elle s'est très vite orientée vers le pilotage et la voltige aérienne et elle devait unir sa destinée à celle de Daniel Héligoin qui, après une carrière militaire bien remplie, est entré chez Mudry d'abord comme pilote d'essai usine et, très vite, comme pilote de démonstration. Ils se sont expatriés tous les deux aux US où ils devaient monter une antenne chargée de la distribution des CAP sur le marché américain et, parallèlement à cette activité, ils ont monté une école de pilotage orientée voltige et avions à train classique, et surtout leur fameuse patrouille à deux CAP10, baptisée "French Connection Airshow", qui a sillonné les États-Unis, jusqu'à leur tragique disparition le 27/05/2000 ! pendant 25 ans, remportant succès sur succès et respectée par leurs homologues américains qui leur reconnaissaient des qualités inconnues chez eux.....

Etc....

femmesdhier..jpg

Il était pourtant facile d’honorer leurs mémoires, la « vitrine » au-dessus des étagères du local, 1 rue de l’église, n’est pas encore démontée...Elle a été installée (ferrures) par André Vieugué avec des vitres que je lui ai fournies, pour faire de petites expos. La première réalisée, avec succès, fut pour célébrer le 600ème anniversaire de Charles VII en 2003.

 

07/09/2010

SALON DES ANTIQUAIRES, Aubigny 30 & 31 octobre 1er novembre 2010

Salon des Antiquaires 2010 L.jpg

01/09/2010

ORGUES DE TRIBUNE de l’Église Saint-Martin d’Aubigny...Quid ?...Qui était son organier ? Quand a-t-il travaillé?

La journaliste territoriale (ex localier "du Journal qui parlait de vous" : la NR), récemment recrutée par la municipalité, silencieuse depuis le 17 juillet, vient de mettre en ligne un nouvel édito. Elle le consacre à la souscription pour le relevage de l’orgue de tribune de l’église Saint-Martin d’Aubigny.

Je ne sais pas où cette professionnelle (a ne pas comparer avec un modeste bloggeur) AUBIGNYsurNERE orgues.jpgprend ses sources. Mais elle a raison d’être prudente en écrivant en écrivant"Ils auraient été construits au début du 19ème siècle par le facteur d’orgue belge Van Bever". Attention aux "copier-coller"... Je ne suis pas certain que les auteurs du flyers, de la souscription, connaissent l’âge de l’instrument qui a bercé l’éducation religieuse de Charles de Gaulle, ni son organier.

> Difficile d’installer début XIXème des orgues dans une chapelle construite vers 1850...

A la lecture de la prose accessible à tout internaute, on apprend qu’en 1829, l'abbé Poiloup achète l'ancien domaine des Sulpiciens, chassés à la Révolution, afin d'y installer une annexe de son collège parisien de la rue du Regard. Vingt ans plus tard (1849), il vend sa propriété aux Jésuites qui agrandissent les locaux de ce " collège de l'Immaculée Conception " et construisent en fond de parcelle un " petit collège " séparé du bâtiment principal.

La chapelle de l’Immaculée Conception  a été bâtie  à cette époque.

> Les orgues de tribune sont l’œuvre d’Hippolite Loret (1810–1879).

Des ouvrages et études de référence comme "Esquisse historique de la facture d’orgues à Bruxelles", "American Guild of Organists, Revue générale" (Bruxelles 1866), "Playing the organ works of César Franck", "Dictionnaire des facteurs d'instruments de musique en Wallonie et à Bruxelles du 9e siècle à nos jours" attribuent à Hippolite Loret nos orgues. Cherchez dans "Inventaire descriptif des archives des facteurs d'orgues Van Bever de Laeken-Amiens (1880-1916) " la trace des orgues de la Chapelle de l’Immaculée Conception ...nenni !

> Hippolite Loret peut être classé parmi les meilleurs facteurs d'orgues de ce temps, tant par la solidité de ses instruments que par la beauté de timbre des jeux. Né à Termonde en 1810 et qui s'est fait une réputation distinguée par les orgues construits au couvent des Prémontrés à Averbode, celui de l'église du Finistère et de St-Joseph à Bruxelles, et l'orgue de la commune de Poederlé (Campine). Hippolite Loret a commencé à travailler aux orgues à l'âge de 18 ans. Il reçut chez son père des leçons d'acoustique, de physique etc., d'après les traités de ces sciences des plus célèbres auteurs.

Assailli par des problèmes familiaux qui survinrent au décès de son épouse à partir du moment où ses enfants exigèrent leur part d'héritage, Loret en sortit ruiné et trouva une issue dans le marché français. Le facteur belge connut quelque célébrité dans la capitale française mais il dut se heurter à la concurrence écrasante, on l'imagine, d'Aristide Cavaillé-Coll, puis aussi de Joseph Merklin. Loret décéda en 1881 à Paris, après avoir livré quelque 460 instruments. Ce facteur a formé une quantité d'élèves dont plusieurs sont établis à l'étranger, et qui se distinguent dans leur carrière dont Adrien Van Bever.
> Adrien Van Bever (1837-1895) fut d'abord apprenti puis contremaître pendant 25 ans chez Hippolyte Loret à Termonde, puis Laeken et Paris. Son frère Salomon, plus jeune de 14 ans (1851-1916) fut également engagé chez Loret. A la mort de celui-ci, en 1879. Salomon fit un stage d'un an chez Cavaillé-Coll. Les frères Van Bever rachetèrent le matériel de Loret et continuèrent un court moment ses affaires à Paris. Toutefois, en 1880, ils regagnèrent leur commune natale de Laeken où ils ouvrirent leur propre atelier, à la rue Clémentine. Ayant toujours gardé d'excellents contacts avec la France, les Van Bever ouvrirent une succursale à Amiens et c'est Salomon qui la dirigea.

Contremaître chez Hippolyte Loret Adrien Van Bever participa certainement à l’orgue de tribune de la Chapelle du " collège de l'Immaculée Conception ". C’était avant qu’il se mette à son compte avec son frère : on ne retrouve pas l’instrument dans la liste de Aubigny-sur-Nere grand orgue 3 console.jpgl'Inventaire descriptif des archives des facteurs d'orgues Van Bever de Laeken-Amiens (1880-1916). A la demande des Jésuites, il peut être travaillé à l’amélioration de l’orgue.

> Pas important, on n’est pas a ½ siècle prêt pour honneur à ce facteur distingué...J’ajouterai simplement pour pigmenter l’intérêt des albiniens à participer à la souscription pour relever l’orgue, la journaliste pouvait signaler deux choses :

-         Dixit "Playing the organ works of César Franck" le maitre (qui enseigna chez les Jésuites de la rue Vaugirard) était aux claviers, pour son inauguration (illustration, console après restauration par le facteur d'orgues Erwim Muller)

-         Charles de Gaulle (quand on a un patron gaulliste) a fait sa première communion dans la Chapelle de l'Immaculée Conception. Il étudia au collège depuis la 6ème  et au lycée jusqu’aux bacs. Il fit partie de la dernière promotion avant que l’établissement soit victime de la Loi Combes qui réduisait les ressources des couvents et paroisses de France

 

> La prose de la journaliste territoriale s’adresse à des internautes ... pour qu’ils souscrivent aux frais du relevage des orgues...mais elle a oublié, le principal, joindre en ligne le formulaire...